BMW E21 Alpina C1 2.3 – NEAT IMPROVEMENT

Nous sommes le 14 décembre 2014, nous revoilà au Cinquantenaire, le jour du 130 Meet Winter, une très belle journée passée sous le soleil Bruxellois, de jolies voitures venues des 4 coins du pays, une ambiance sans reproche malgré le froid hivernal, la bonne humeur de chacun était une fois de plus au rendez-vous.

Une sportive des années 80 nous a particulièrement plu ce jour-là, bien que nous la connaissions déjà avant. Le rendez-vous fut pris le jour même. Une fois la manifestation automobile terminée, direction un petit coin très prisé par les photographes belges, il s’agit bien sûr du domaine de Tour & Taxi.

AlpinaC1-2.3_01Depuis tout petit, son propriétaire, Fred, qui habitait non loin d’une concession Bmw allait régulièrement en vélo contempler le show room. Nous voilà alors en 1980, l’époque des e21, l’époque à laquelle Fred craque totalement pour ce modèle. Un réel coup de cœur m’explique-t-il.
Ce qu’il a particulièrement apprécié? Le son bien typique du 6cylindres Bmw.

AlpinaC1-2.3_02Le permis de Fred fut délivré, il y a déjà 26 ans maintenant, il a roulé avec un bon nombre de voitures depuis mais au volant de son E21 Alpina, rien n’est pareil ! Il s’agit certes d’une ancienne voiture (35ans) mais qui conserve le confort et la souplesse d’une actuelle : c’est magique!

AlpinaC1-2.3_03Fred se décide enfin à se mettre à la recherche de sa perle rare et le hasard fait qu’il tombe sur celle-ci, celle qui berça toute son enfance. Elle était très propre et n’avait eu que deux propriétaires avant lui, le dernier l’utilisait seulement pour faire des rallyes touristiques. Mais malheureusement certaines pièces spécifiques Alpina avaient disparus, comme l’intérieur, les roues et le spoiler.

AlpinaC1-2.3_04Il commença la restauration de la C1 en Mai 2005, à l’époqu, il était déjà très dur de retrouver toutes les pièces manquantes d’une Alpina. Mais une fois celles-ci toutes rassemblées, place au démontage totale de la voiture, sablage, peinture complète intérieure et extérieure, mécanique remise à neuve et depuis 2010, c’est-à-dire la fin de sa restauration, Fred a parcouru 9000 km avec son nouveau moteur… 9000 km de pur bonheur!

AlpinaC1-2.3_05Une anecdote particulière? Même si il y en a beaucoup, il en retient une qu’il aime particulièrement : l’étonnement de son épouse face aux réactions des gens sur la route lorsqu’ils croisent l’Alpina. Des signes sympathiques, des pouces levés, des félicitations, et j’en passe… C’est toujours un réel plaisir de recevoir ce genre de compliment concernant sa voiture.

Ce qu’il aime le plus, c’est de voir que cette voiture qui marqua son époque avec des «Ha quand j’étais jeune… j’avais … ». Et qu’aujourd’hui, nombreux sont les jeunes qui viennent vers lui pour le féliciter et prendre des photos de cette magnifique E21 hors norme! Comme quoi la passion n’a pas d’âge… !

AlpinaC1-2.3_06La C1 2.3 fut produite d’Avril 1980 à Juillet 1983. Elle fut introduite sur le marché pour combler l’écart entre la 323i et la B6 2.8. Le moteur est une base de 323 c’est-à-dire le 2.3l. Des modifications ont été apportées à la culasse, à l’arbre à cames ainsi qu’aux pistons, par contre l’allumage et l’injection (K-jectronic) restent les mêmes que sur les 323i normales. La C1 était une voiture vendue à la carte ou complète selon le choix de son acquéreur, dans ce cas-ci, il s’agit d’une complète équipée entièrement des pièces Alpina qui étaient disponibles pour ce modèle en catalogue. Il est très rare de nos jours d’en croiser une dotée de tout ses accessoires comme celle-ci.

AlpinaC1-2.3_08Toutes les C1 sont à la base des 323i car avant 1983 Alpina était un préparateur et pas encore un constructeur. Quantifier le nombre de C1 produites? Même Alpina ne saurait pas nous donner un chiffre précis sur les accessoires vendus à l’époque, seuls les moteurs sont encore répertoriés grâce à leur numéro. Néanmoins, plusieurs recherches me font dire que le nombre d’exemplaires de c1 tournerait aux alentours de 460 voitures à travers le monde.AlpinaC1-2.3_12AlpinaC1-2.3_09L’intérieur de l’Alpina est complètement réarrangé. Sièges sport, un volant sport en cuir, un pommeau de vitesses et un compteur de vitesse lui aussi signé Alpina.

A noter  : ce magnifique intérieur Recaro coloré en velour typique de l’Alpina.

AlpinaC1-2.3_10 AlpinaC1-2.3_11Petite touche discrète mais qui a énormément de sens pour Fred, cet autocollant Luigi magnifiquement placé sous le capot, qui pour la petite histoire lui fut remis en main propre par le fameux préparateur. Un nom de guerre acquis à force de faire des miracles dans la préparation des moteurs.

Luigi Cimarosti, a aligné seize fois, consécutivement, des voitures aux 24 Heures de Francorchamps. Il les a remportées deux fois (1974 et 1975). A son palmarès figurent également plusieurs titres de champions d’Europe (voitures de tourisme, marques toutes catégories). Plus de cent pilotes, dont certains aussi prestigieux que Boutsen, Stuck, Fitzpatrick, Walkinshaw, Van De Poele, Neve, Duez, Snyers… prirent le volant de bolides confiés à ses soins.

 

AlpinaC1-2.3_13

Un grand merci pour votre patience et votre bonne humeur lors de nos événements ici à Bruxelles, le rendez-vous est prit pour l’année prochaine.

[recent_posts type=”post” count=”4″ orientation=”horizontal” category=”articles”]

 

 

( 2 045,1 )

Comments 10

  1. Tego

    Bonjour,
    Cette auto est une très belle E21, à n’en pas douter.
    Son propriétaire est sans doute enthousiaste et passionné.
    Mais il est inadmissible de faire passer des vessies pour des lanternes !!!
    Cette auto est née BMW 323i et c’est ainsi qu’elle a été acquise par son actuel propriétaire.
    Prétendre que “l’auto avait perdu certains de ses accessoires” est complètement inexact : elle n’avait ni moteur, ni intérieur ni trains roulants Alpina.
    Ce n’est qu’au cours de sa – certes très belle – restauration que l’auto, a été configurée comme telle, au fil des pièces spécifiques glanées ci et là.
    Il s’agit donc d’une 323i ré-équipée d’accessoires Alpina par son actuel propriétaire, mais en aucun cas de la restauration d’une Alpina C1 :
    – les documents Alpina et la plaque distinctive proviennent d’une autre auto, accidentée.
    – le moteur provient d’une C1 E30.
    On ne peut donc en aucun cas parler de “Restauration d’une Alpina C1” sans tromper le lecteur (et un futur acquéreur ?).
    Il serait préférable de parler d’une 323i très bien restaurée et rééquipée en C1comme aurait pu l’être une 323i en son temps.
    Ceci de sorte qu’on ne refabrique pas après coup une histoire susceptible de créditer cette auto d’un historique fabulé pour les besoins de la cause.
    Merci de rectifier l’article en conséquence.

  2. Frederic

    En réponse a Tego ,

    Je suis le propriétaire du véhicule .
    Comment pouvez vous affirmer quoi que ce soit sans jamais avoir vu le véhicule , vos commentaires vous
    ont très certainement été dictés par une ou des autres personnes d’un certain forum …

    1) En effet le moteur lorsque je l’ai acquis était bien dans une E30 mais là ou vous étés mal informé c’est
    qu’a sa sortie usine il était bien dans une e21 , il a le code C1 et non C1/1 (C1 =e21 & C1/1= e30) .

    2) Le documents proviennent d’un véhicule complètement détruit , c’est un pratique très courante dans le milieu
    des ancêtres de reconstruire un véhicule aux caractéristiques identiques … Est ce pour cela une copie ou une fausse .
    Pour ma part non , tout est conforme a l’époque , les documents correspondent avec le véhicule .
    Si vous pensez le contraire faudra revoir votre copie et aller vous balader dans des salons d’autos anciennes pour voir
    que la reconstruction est chose plus que courante et dans des marques bien plus prestigieuses .

    3) Une C1 est toujours a la base une BMW 323i , les pièces Alpina étaient vendue séparément ou en kit complet , ce kit
    était disponible chez des revendeurs Alpina ou chez Alpina même a Buchloe ,Alpina avant 1983 était un accessoiriste
    et pas encore un constructeur , par contre les B6 étaient faites exclusivement chez Alpina .
    Il suffit d’aller sur le site officiel Alpina et aller dans la rubrique e21 pour constater que l’on pouvait même avoir le moteur seul .
    On peut prendre une 323i y replacer toutes les pièces Alpina d’époque et bien entendu le principal le moteur ça devient une C1 .

    Maintenant dans l’article j’ai pas trouvé nécessaire d’expliquer l’histoire dans le moindre détail , il faudrait 20 pages .. par contre je vous invite
    lors d’un passage en Belgique a venir expertiser vous même mon véhicule et ses documents .

    Bien a vous ,

    Frederic , l’heureux propriétaire et qui ne compte certainement pas la vendre .

  3. prevot p

    très bel exemplaire de serie 3. Etant un peu passionné de BMW d’époque (mon père a eu deux 320, dont une avec une culasse carbu 2.3), cet article m’a un peu redonné envie de partager les (très) rares info relatives sur ce modèle E21. En effet, Alpina a “mis la patte” sur la 323i, mais ce qui est marrant, c’est que la C1 ne fut pas la seule à être préparée par le sorcier. J’aimerais dans un premier temps distinguer deux philosophies sur ce modèle; la version dite “à injection”, et celle dite “carburateurs”, toutes deux en version 6 cylindres, évidemment.

    La C1 est élaborée sur base de la 323i, et, sans entrer dans les détails, développait 170 cv au lieu des 143 cv “usine”. Ses principales concurrentes étaient les 323i MK Motorsport et Hartge, qui, elles, “tiraient” 180 cv de la marmite. Ce qui ne veut pas dire qu’elles étaient meilleures, loin s’en faut. Il a existé aussi des B6 2.8 (tantôt 200 cv, tantôt 218 cv), mais celles-ci étaient basées sur le 2.8 des bloc M30 des E12 et E24, entre autres. Particularité, une C1 2.5, basée toujours sur la E21 2.3, a existé en Australie. Elle développait 185 cv, et l’alésage était porté à 82,5 mm au lieu des 80 d’origine (2497 cc), ce qui en faisait la toute première 325i de l’histoire, bien avant la E30. Alpina a aussi développé un très bel exemplaire de 333i exporté aux Etats-Unis; moteur 3210 cc basé sur les versions B8 des E23 et E24, et développant environ 220 cv, soit un peu moins que sur ses “grandes soeurs”.

    Mais il ne faudrait pas oublier non plus les modèles dérivés de la 320/6, qui eux, sont bien plus rares encore que leur soeur “à injection”. Quelques éditions me viennent en tête, notamment les MK Motorsport (320 de 148 cv, 323 carbu de 183 cv) ou encore Hartge et sa 320 de 155 cv. Le spécialiste italien “Ferraris” travaillait aussi sur las culasses et proposait des versions 320 de 2315 cc, dont la puissance variaient de 150 à plus de 200 cv. A noter aussi que l’usine BMW proposait un kit moteur de 2.3 (2315 carbu de 139 cv).

  4. Julie

    bonjour, j’aimerais vous contacter pour avoir votre avis sur une voiture que je possede bmw C1 2.3 ;carte grise 13chvx

  5. Post
    Author
  6. alpinabaur

    félicitation pour ton montage et surtout le résultat, promis même si mon e21 n’est pas au même niveau de finition, certes c’est un baur mais il se ressemble beaucoup
    a plus j’espère par mail (photos a te faire passé)
    merci de me communiquer ton adresse

  7. Post
    Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.